Nettoyage de printemps sur la 8e Avenue

Bonne nouvelle ! La bande cyclable a été repeinte ce matin, le 8 mai. Ne manquent plus que les bollards pour que la saison puisse commencer.

NettoyagePisteCyclable

Les machines ont défilées toute la soirée sur la 8e Avenue.

Cinq jours après l’ouverture officielle du réseau, on vient enfin de nettoyer la bande cyclable de la 8e Rue. Ce matin encore, la voie était couverte de sable et de gravier. Rien de bon pour la délicate mécanique d’une bicyclette. Il en était d’ailleurs question sur le blogue Famille en ville.

Ce n’est pas trop tôt ! Car quelques jours après l’ouverture, je me faisais déjà klaxonner parce que je ne roulais pas dans la piste. Comme si, après le 1er mai, les vélos n’avaient plus le droit de circuler dans la rue. Aussi, en plus de nettoyer les pistes à temps, peut-être devrait-on faire une campagne pour rappeler que les cyclistes ne sont pas obligés d’y rouler en toutes circonstances… à plus forte raison lorsque celles-ci ne sont ni nettoyées, ni balisées. Autrement dit, lorsqu’elles n’offrent ni confort, ni sécurité, ou encore lorsqu’elles ne permettent pas de se rendre du point A au point B.

Le 1er mai, Accès Transports Viables a d’ailleurs organisé une corvée de ménage sur le vélo-boulevard Père-Marquette pour dénoncer l’état lamentable de certaines pistes au moment de leur ouverture. C’est un plaisir de constater qu’on passe enfin à l’action ! Reste à voir si, comme en 2014, il faudra attendre le 27 mai pour que la bande cyclable soit repeinte et que les bollards soient posés.

Une réflexion sur “Nettoyage de printemps sur la 8e Avenue

  1. Il est amusant, ou frustrant, selon qu’on voit le verre moitié plein ou moitié vide, de voir les automobilistes faire des embardées pour éviter les nids-de poules. Par contre, ils ne semblent pas comprendre que les cyclistes éprouvent le même besoin d’éviter les trous, flaques d’eau, trappes de sable qui jonchent la route. Après tout, vélos et voitures n’apprécient guère de se heurter à des rues mal entretenues. Nous sommes peut-être plus semblables que nous le pensons, après tout!

Les commentaires sont fermés.