La 3e Avenue se fait belle pour les cyclistes

On a ajouté un rack à vélos à quelques pas de Demers Bicycles.

On a ajouté un rack à vélos à quelques pas de Demers Bicycles.

La Ville de Québec ne s’est pas contentée de remettre les supports à vélos sur la 3e Avenue. Elle en a ajouté !

En plus des râteliers installés l’an dernier sur les saillies de trottoir, on en a ajoutés devant l’épicerie fine La Réserve, la pharmacie Brunet (à côté de Demers), la pizzeria Stratos et le tailleur J & M Couture. De quoi faciliter la vie aux nombreuses personnes qui font leurs emplettes à vélo dans le quartier !

Avec ses 30 râteliers répartis sur 0,79 km, ce qui correspond à 3,9 supports tous les 100 mètres, la 3e Avenue est l’artère commerciale la mieux pourvue pour accueillir les cyclistes. Si on tient compte du nombre de bicycles que peut soutenir chaque râtelier (entre 3 et 12, selon les modèles), on obtient une capacité supérieure à 15 vélos par 100 m. C’est un peu moins que les 20 stationnements d’auto qu’on trouve sur la même distance, mais c’est tout de même très bien !

Lairet veut faire mieux

Un des deux bollards sis à l'intersection de la rue des Sauls et de la 1re Avenue.

Un des deux bollards sis à l’intersection de la rue des Saules et de la 1re Avenue.

En guide de comparaison, le secteur commercial de la 1re Avenue, dans Lairet, ne compte que 10 supports à vélos, soit un maigre 1,2 par 100 m. Pourquoi si peu ? Parce que la Ville n’est pas dans le coup. Alors que sur la 3e Avenue, 70% des supports lui appartiennent, sur la 1re Avenue, sa contribution se limite à deux bollards erratiques (au coin de la rue des Saules) et au rack à vélos de la bibliothèque St-Albert. Dans Lairet, la presque totalité des râteliers appartient aux commerçants qui aimeraient bien que la municipalité en fasse un peu plus.

Lors de sa dernière assemblée, le Conseil de quartier de Lairet a d’ailleurs adopté une résolution demandant à la Ville de Québec et à l’Arrondissement La Cité-Limoilou d’ajouter des supports dans le secteur commercial. À ce titre, la conseillère municipale Suzanne Verreault a proposé la création d’un « comité sur le mobilier urbain » pour identifier les besoins du quartier.