Québec-Kamouraska : aller à la mer à bicyclette

Au bord de la grève, à Kamouraska.

Au bord de la grève, à Kamouraska.

Kamouraska, c’est la mer à 150 km de Québec. J’ai voulu savoir s’il était possible de s’y rendre à vélo… 8h plus tard, je suis sur la plage, éreinté, mais les pieds dans l’eau.

Même si la Route verte emprunte la 132 sur une bonne partie du trajet, l’accotement asphalté est suffisamment large pour qu’on s’y sente en sécurité. La circulation clairsemée et les automobilistes courtois font le reste.

Pour s’y rendre, on prend le traversier entre Québec et Lévis. Une fois sur la Rive-Sud, on rejoint la route 132 par le parcours des Anses, une piste cyclable de 15 km qui offre une vue imprenable sur le Château Frontenac et monte doucement, comme seules les anciennes voies ferrées peuvent le faire, vers la pointe de Lévis.

La Véloroute des migrations

Les cyclistes sont accueillis par une « roue de bicyclettes » à Saint-Vallier.

Les cyclistes sont accueillis par une « roue de bicyclettes » à Saint-Vallier.

On rejoint la 132 par la rue St-Joseph (avant qu’elle ne devienne la route Lallemand et la Cycloroute de Bellechasse). De Lévis à St-Roch-des-Aulnaies, où on quitte la 132, il faut compter une centaine de kilomètres.

Chemin faisant, on croise une dizaine de villages, dont plusieurs valent le détour : Saint-Michel-de-Bellechasse, Berthier-sur-Mer, L’Islet-sur-Mer, St-Jean-Port-Joli, Saint-Roch-des-Aulnaies… Comme ces villages ne sont pas très distants, il est toujours possible de trouver une épicerie ou un café pour casser la croûte ou remplir ses gourdes d’eau.

Les choses se corsent à proximité de Montmagny. La circulation est plus rapide et on se sent moins à notre place. Passé le pont de la Rivière du Sud cependant, le boulevard Taché (la route 132) est bordé par une piste cyclable qui nous permet de souffler un peu. Son prolongement vers l’ouest est d’ailleurs annoncé, ce qui devrait améliorer les choses.

Passé Saint-Jean-Port-Joli, on découvre la Seigneurie des Aulnaies et son moulin centenaire, toujours en activité. C’est le temps de se restaurer dans la boulangerie artisanale et, pour les plus curieux, de visiter le moulin et le manoir seigneurial.

La Véloroute du doux pays

Une pêche à l'anguille, sur la piste de la Grande-Anse, en face de La Pocatière.

Une pêche à l’anguille, sur la piste de la Grande-Anse, en face de La Pocatière.

À la sortie de Saint-Roch-des-Aulnaies, la 132 bifurque vers l’arrière-pays. Pour rester sur la Route verte, on emprunte la piste de la Grande-Anse qui foule les aboiteaux sur une quinzaine de kilomètres. Les aboiteaux, ce sont ces longues digues munies de clapets pour empêcher la mer de submerger les cultures tout en permettant aux ruisseaux de s’écouler à marée basse, d’où la multitude de ponceaux qui ponctuent le parcours.

L’asphalte y fait place au gravier, ajoutant une touche d’authenticité au paysage rustique et à la végétation de bord de mer. Face à la ville de La Pocatière, juchée sur son promontoire, le fond de l’air change subitement. La brise marine remplit nos poumons.

On parcourt les aboiteaux sur une quinzaine de kilomètres avant d’arriver à Rivière-Ouelle. Au village suivant, on s’écarte une fois de plus de la 132 pour emprunter le chemin de la Grève. À la sortie de Saint-Denis-De La Bouteillerie, on découvre les champs dorés du Kamouraska. Ne reste que quelques kilomètres avant d’atteindre le village. Après avoir gravi le cap Blanc, on descend la côte Bossé pour emprunter l’avenue LeBlanc qui longe le bord de mer jusqu’aux quais de Kamouraska.

Cyclotourisme

S’il est possible de faire le trajet en une journée, plusieurs préfèreront le faire en deux ou trois jours. Une fois sur place, plusieurs circuits cyclables s’offrent aux curieux. On n’a pas exploré le doux pays tant qu’on n’a pas pris un verre (ou deux) à la microbrasserie Tête d’Allumette de St-André de Kamouraska et parcouru les cabourons, ces saillies rocheuses émergeant entre terre et mer, en parcourant un des nombreux sentiers entretenus par la SEBKA, la Société d’écologie des battures du Kamouraska. Bonne route !

6 réflexions sur “Québec-Kamouraska : aller à la mer à bicyclette

  1. Pour avoir fait le trajet à vélo, de Kamouraska à la Pocatiere ainsi que de Kamouraska à Rivière du Loup, c’est effectivement un super endroit pour le vélo.

  2. Très bon récit!
    Tellement que ça m’a donné envie de faire le même parcours ce weekend, mais plus relax en 3 jours. Comme j’habite à Montréal, tu n’aurais pas un stationnement à me recommander près du traversier pour y laisser l’auto sur une longue durée? Ou à Lévis? Merci!

    • À Québec, vous trouverez facilement du stationnement dans les rues résidentielles du quartier Limoilou. De là, vous pouvez emprunter la superbe piste cyclable de la rivière St-Charles pour vous rendre au Vieux-Port et prendre la traverse Québec-Lévis. Vous pouvez également vous stationner à Lévis. Vous ne devriez pas avoir de difficulté à vous trouver un stationnement à proximité du parcours des Anses, qui traverse plusieurs quartiers résidentiels. Mais si j’étais vous, je m’arrangerais pour prendre la traverse et faire le parcours des Anses d’un bout à l’autre, car c’est vraiment magnifique.

Les commentaires sont fermés.