Patro Roc-Amadour : le chaînon manquant

Deux clôtures séparent la rue Soumande du terrain de football du Patro Roc-Amadour.

Deux clôtures séparent la rue Soumande du terrain de football du Patro Roc-Amadour.

Le Patro Roc-Amadour contribue de façon remarquable au développement de saines habitudes de vie chez les jeunes de la basse-ville. Sur le plan urbanistique cependant, le quadrilatère formé par le patro, la laiterie Natrel et l’épicerie Provigo représente un obstacle important au transport actif entre la paroisse Saint-Paul-Apôtre, dans Lairet, et la piste cyclable de la rue Soumande, au nord du Centre Vidéotron.

Comme le chemin d’accès du terrain de football, qui passe entre le patro et la laiterie, se trouve dans l’axe de la 24e Rue et de la rue Soumande, il serait judicieux d’y aménager un sentier cyclo-pédestre, tel que projeté sur la carte ci-dessous. Ce lien faciliterait non seulement l’accès aux terrains sportifs du Patro Roc-Amadour ; il permettrait de décloisonner un des secteurs les plus pauvres de Lairet.

Dans la foulée, on pourrait en profiter pour créer un corridor cyclable sur la 24e Rue. Contrairement à la chaussée désignée de la 22e Rue, où le trafic automobile est important, la 24e Rue est beaucoup plus paisible. Qui plus est, elle se transforme en bande cyclable entre la 4e Avenue et la 8e Avenue. C’est donc un lien naturel entre la rue Soumande et les nombreux établissements d’enseignement de la 8e Avenue.

Deux sentiers informels

Cyclistes et piétons empruntent déjà ce raccourci, tout comme celui passant au sud, entre le Patro et le Provigo (en bleu sur la carte ci-dessus). Malheureusement, ces sentiers informels ne sont pas ouverts en tout temps. Au nord, lorsque les barrières grillagées sont fermées, les cyclistes peuvent toujours se faufiler à travers une chicane, mais comme elle est très étroite, il est impossible d’y passer un vélo avec un chariot. Ce sentier est donc cyclable en tout temps… sauf pour les mamans traînant leurs enfants.

Au Sud, c’est encore plus compliqué. Car lorsque les barrières sont fermées, il est impossible de passer, même en passant à travers la chicane qui mène à un parc clôturé. C’est réellement problématique, car il s’agit du lien le plus court entre l’épicerie et les résidences pour personnes âgées situées juste derrière.

Au moment de mon passage, j’ai rencontré une jeune cycliste qui cherchait un raccourci pour passer de la 1re Avenue à la rue Soumande. Après s’être égarée dans le stationnement de la laiterie, elle s’apprêtait à rendre les armes lorsque je l’ai dirigé vers le bon chemin. C’est dire à quel point un lien direct et facile à repérer serait apprécié des marcheurs et des personnes à vélo.

Repenser la 1re Avenue

La 1re Avenue est surdimensionnée face au stationnement du Patro et du Provigo.

La 1re Avenue est surdimensionnée face au stationnement que se partagent le centre communautaire et l’épicerie.

En face du Patro Roc-Amadour, la 1re Avenue est tout aussi problématique. Alors qu’elle fait 15,5 mètres de large à la sortie du viaduc, elle s’élargit à 17,5 face à l’entrée disproportionnée (19,5 m) du stationnement du Patro et du Provigo. On comprend tout de suite pourquoi les parents préfèrent déposer leurs enfants en voiture plutôt que de les laisser s’y rendre à pied ou à vélo ! Pour un centre communautaire qui fait la promotion de l’activité physique, c’est tout un paradoxe.

À court terme, on devrait uniformiser le profil de la chaussée à 15,5 mètres à l’aide d’un marquage au sol (en traçant une zone tampon entre le trottoir et la voie de circulation). On éloignerait ainsi les automobiles des piétons qui ne risqueraient plus de se faire « arroser » les jours de pluie. À moyen terme, cependant, il serait souhaitable de réduire la largeur de la chaussée en ajoutant une bordure végétale entre le trottoir et la chaussée. En tout état de cause, on devrait également réduire la largeur des entrées/sorties du stationnement. Dernier point et non le moindre, l’absence de passage pour piétons permettant de traverser la 1re avenue lorsqu’on arrive par la 22e Rue (qui représente, pour plusieurs, le plus court chemin vers l’épicerie et le centre communautaire) est tout simplement incongrue.

Au final, le réaménagement du secteur du Patro Roc-Amadour (à travers la réduction de la largeur de la 1re Avenue et la création de sentiers cyclo-pédestres permanents, de chaque côté du centre communautaire) pourraient être le chaînon manquant entre la promotion et l’adoption de saines habitudes de vie par la population du quartier.