5 questions pour une intersection

Rouler à vélo, un jeu d’enfant ? Pas aux intersections. Contrairement aux automobilistes qui n’ont qu’une question à se poser « Le feu est-il vert ? » avant de s’engager, les cyclistes doivent d’abord déterminer le type d’intersection. S’il y a un panneau P-285*, ils n’ont pas le droit de traverser au feu vert et doivent attendre la phase piétons. S’il n’y en a pas, ils n’ont pas le droit de traverser au feu piétons et doivent attendre le feu vert.

Vous saisissez ? Pour vous aider à vous y retrouver et, accessoirement, vous éviter une contravention, nous avons préparé un organigramme résumant, dans l’ordre, les 5 questions que vous devez vous poser avant de traverser une intersection à vélo.

Modernisation du Code de la sécurité routière

Il est quand même ahurissant de penser que pour les cyclistes, une lumière verte peut signifier un arrêt obligatoire ou une autorisation de traverser selon qu’il y a, ou non, un panneau P-285. Si on devait imposer des règles aussi confuses aux voitures, beaucoup n’obtiendraient jamais leur permis de conduire.

Alors que le MTQ s’apprête à dévoiler la refonte du Code de la sécurité routière, sans doute est-il temps d’y mettre un peu d’ordre en autorisant, comme Montréal le suggère, les cyclistes à traverser aux feux verts en tout temps, tout en leur permettant de s’engager pendant le cycle pour piétons à conditions de ralentir et d’accorder la priorité aux plus vulnérables.

* Prescription pour cyclistes à un feu pour piétons.

Une réflexion sur “5 questions pour une intersection

  1. À Montréal, il y a aussi des feux vélo ce qui complique encore plus la prise de décision à une intersection.

Les commentaires sont fermés.