Un mini-giratoire pour le vélo-boulevard ?

Le vélo-boulevard, à la hauteur de l'avenue Madeleine-de-Verchère.

Le vélo-boulevard, à la hauteur de l’avenue Madeleine-de-Verchère.

Rien ne vaut une bonne bordée de neige pour identifier les intersections surdimensionnées. Ci-contre, le vélo-boulevard Père-Marquette, à l’intersection de la rue Hélène-Boullé et de l’avenue Madeleine-de-Verchère.

On voit bien que plus de la moitié de la chaussée est inutilisée. On se demande d’ailleurs à quoi sert la troisième voie, entre les stationnements et le drôle de petit îlot. Ce serait pourtant l’endroit idéal pour aménager un mini-giratoire, un vrai, au centre de la chaussée.

Contrairement aux terre-pleins diagonaux qui ferment un axe à la circulation automobile (on trouve d’excellents exemples à l’est du vélo-boulevard), l’implantation d’un mini-giratoire permettrait de retirer les arrêts obligatoires sans pénaliser qui que ce soit. Cyclistes et motoristes seraient bien sûr amenés à ralentir, mais personne n’y perdrait au change, puisqu’on s’épargnerait un arrêt complet. Avec, à la clé, une rue plus sécuritaire et un îlot central fleuri !

2 réflexions sur “Un mini-giratoire pour le vélo-boulevard ?

  1. Il y a vraiment trop d’asphalte pour rien à cet endroit! Une autre place RI-DI-CULE se trouve dans le parc industriel St-Malo (coin Vincent-Massey et Eugène Chinic). Dans ce dernier cas, le stationnement d’une industrie est contigu au coin de la rue et utilisé comme s’il en faisait partie. La responsabilité du propriétaire du stationnement, probablement.

Les commentaires sont fermés.