Campus vélosympathiques : l’Université Laval mène le peloton

Chantier Piste cyclable Avenue du Seminaire

Chantier de la piste cyclable de l’avenue du Séminaire.

L’Université Laval poursuit ses efforts en vue d’accroître la place du vélo sur le campus, quitte à sacrifier quelques cases de stationnement au passage. Au cours des derniers jours, on a débuté la construction d’une piste cyclable en site propre, à l’est de l’avenue du Séminaire, à travers le stationnement du pavillon Casault.

Ce nouvel axe nord-sud va s’étirer sur un peu plus de ½ km, entre le sentier du Golf-Campus et la piste cyclable de la rue de l’Université. Au terme des travaux, on aura ajouté 570 m aux 7 km que compte le réseau cyclable du campus, soit une augmentation de 8%.

Soixante-cinq cases de stationnement de catégorie 1 seront supprimées ou déplacées pour faire place à la nouvelle piste cyclable. Bien qu’on ait refusé de nous fournir le chiffre exact, on confirme que la plupart seront supprimées. On avait le choix entre retirer du stationnement ou raser la rangée d’arbres bordant le trottoir. Les valeurs du développement durable, qui sont au cœur de la démarche de l’Université Laval, ont eu gain de cause.

3 bornes de réparation

BiciBorne

Une borne de réparation de vélos, derrière les résidences étudiantes.

Par ailleurs, une Biciborne sera bientôt installée sous l’abri à vélos bordant la tour de l’Éducation, en face du pavillon De Koninck. Cette troisième borne de réparation de vélos s’ajoute à celles se trouvant déjà sur le campus, au pavillon Abitibi-Price et à l’est du pavillon Ernest-Lemieux, derrière les résidences.

Des travaux de moindres importances seront également réalisés pour accroître la sécurité de certains axes cyclables. On a notamment rehaussé la visibilité du passage pour piétons croisant la piste cyclable de la rue de l’Université Laval, en face du pavillon Desjardins. Au lieu d’imposer des arrêts complets aux cyclistes, on a choisi de miser sur la visibilité et la courtoisie des usagers. Bravo !

Certification vélosympathique

Ces nombreuses réalisations ont permis à l’établissement d’enseignement supérieur d’arriver en tête du mouvement vélosympathique lancé en septembre dernier par Vélo Québec. L’Université Laval est ainsi la première organisation à se voir décerner la certification or.

D’autres universités sont toutefois dans la course… et l’Université de Sherbrooke n’est pas loin derrière. Son campus principal s’est mérité l’argent alors que ses deux autres campus ont obtenu une certification bronze. La rivalité entre le Rouge & Or et le Vert & Or pourrait donc s’étendre au cyclisme utilitaire. On ne demande pas mieux !

Une réflexion sur “Campus vélosympathiques : l’Université Laval mène le peloton

  1. C’est super!

    Pour faire encore mieux, l’Université pourrait retirer les très « hypocrites » panneaux d’arrêt obligatoire, sur la piste qui longe la rue de l’Université (entre la rue du Séminaire et l’avenue Myrand) et les remplacer par des panneaux « Cédez le passage ».

    Actuellement, quasiment aucun cycliste ne respecte ces panneaux d’arrêt. Normal: ils sont inutiles 99,99 % du temps. Ils sont installés près d’entrées de stationnement, à des endroits ou la visibilité est excellente. Alors, les cyclistes ralentissent et regardent si une voiture s’en vient. La plupart du temps, il n’y en a pas. Alors, ils ne font pas leur arrêt et poursuivent leur route. Ce qui est tout à fait sécuritaire et logique, en fait!

    Mais les panneaux « Cédez le passage » semblent faire plus peur que la peste, au Québec. On préfère installer des arrêts partout, tout en sachant fort bien qu’ils ne seront pas respectés. Bref, ce ne sont pas les panneaux qui sont « hypocrites », ce sont ceux qui décident de les installer…

    En Europe, les panneaux « Cédez le passage » sont beaucoup plus nombreux que les arrêts obligatoires. Les cyclistes et les automobilistes savent ce qu’ils signifient et les respectent. Et, croyez-moi, en tant que cycliste, on se sent beaucoup plus en sécurité là-bas qu’ici!

Les commentaires sont fermés.