Un premier enclos à vélos sur rue à Québec

Bike corrals

Image de synthèse de l’enclos à vélos de la rue St-Joseph O., en face du SPOT.

C’est ce soir qu’aura lieu l’inauguration du SPOT, dans St-Sauveur, et les cyclistes ne seront pas en reste. On a profité de l’aménagement de la place éphémère, au coin des rues St-Vallier et Bagot, pour installer le premier bike corral à Québec !

L’enclos à vélos sur rue, qui occupe deux espaces de stationnement, sera graffité par un artiste au cours des prochains jours. Selon ses concepteurs, il pourra accueillir une trentaine de bicyclettes.

Ce projet arrive comme une bouffée d’air frais pour les commerces locaux. Avec ses 5 supports à vélos répartis sur un peu plus de ½ km, St-Vallier est la seule artère commerciale à compter moins de 1 rack tous les 100 mètres (selon les données de la carte des supports à vélos). Le stationnement temporaire du SPOT va faire bondir sa capacité de 4 à 9 vélos tous les 100 mètres. Ce n’est pas la panacée, mais c’est un bon début.

Le SPOT, pour Sympathique Place Ouverte à Tous, reflète la volonté d’une nouvelle génération d’architectes de revaloriser des espaces urbains délaissés à travers l’aménagement de places publiques éphémères. L’aménagement sera démantelé en septembre, mais ses concepteurs comptent léguer la placette à la municipalité pour qu’elle revienne l’an prochain.

7 réflexions sur “Un premier enclos à vélos sur rue à Québec

  1. En direct d’Amsterdam en ce moment, je dis « Hourra »! Ici, même sur les racks en métal, on utilise 2-3 cadenas par vélo ;). J’ai aussi questionné le choix du bois, mais considère qu’on a sûrement un « turnover » de vélo moins élevé qu’en Hollande.

    Bravo, bravo! Super initiative! J’ai hâte de venir y attacher mon vélo à mon retour!

    • Merci pour les bons mots. En ce qui concerne le choix du bois, il faut comprendre qu’il s’agit d’une initiative entièrement financée et réalisée par les étudiants en architecte de l’université Laval. Les moyens de mise en oeuvre étant limités, le bois se trouve à être beaucoup plus accessible. Pour la question du vol, il reste reste bien plus subtil de couper un cadenas que de scier du bois! Finalement, les racks à vélos sont souvent froids et impersonnels, le bois permet une impression plus chaleureuse.

  2. Très intéressant.

    Je questionne le choix du bois comme matériau: est-ce que ce sera vraiment sécuritaire de verrouiller un vélo à cet endroit?

    Autrement, j’adore l’idée!

    • @Alexandre – Tous les assemblages sont dissimulés. Le vandalisme peut (malheureusement) se faire autant sur le bois que sur les cadenas… dans tous les cas, on se fie au gros bon sens des gens. On vit en communauté, faut se faire confiance 😉

Les commentaires sont fermés.