Non, les routes américaines ne sont pas plus sécuritaires

Cyclistes devant la Statue de la Liberté, New York. Photo : Jean-Philippe Hernandiz

Cyclistes devant la Statue de la Liberté, New York. Photo : Jean-Philippe Hernandiz

Le mythe voulant que tout soit toujours mieux aux USA a la vie dure, même au sein de la communauté cycliste. Sur les forums de vélo, on lit souvent qu’il est plus sécuritaire de rouler aux États-Unis : les routes seraient mieux entretenues et les chauffeurs plus courtois. Vraiment ?

Les statistiques racontent pourtant une toute autre histoire. Au Canada, on dénombre 3 décès par 10 000 voyages à vélo alors qu’on en compte 9 pour autant de déplacements aux États-Unis. Autrement dit, vous avez 3 fois plus de chance d’être victime d’un accident mortel si vous roulez aux États-Unis.

On note quand même une amélioration des deux côtés de la frontière. Le graphique ci-dessous montre la diminution du nombre d’accidents graves et mortels par rapport à 1988. Sur une période de 20 ans, le nombre d’accidents mortels a reculé de 21% aux États-Unis pendant qu’il chutait de 66% au Canada. Heureusement pour nos voisins du Sud, la diminution du nombre d’accidents graves a suivi une tendance similaire dans les deux pays, malgré un rebond, en 2008, aux États-Unis.

Diminution du nombre d'accidents graves et mortels, aux États-Unis et au Canada, par rapport à 1988. Source : Pucher, Buehler & Seinen (2011)

Diminution du nombre d’accidents graves et mortels, aux États-Unis et au Canada, par rapport à 1988. Source : Pucher, Buehler & Seinen (2011)

Comme personne n’aime mettre sa vie en danger, vous ne serez pas surpris d’apprendre que la part modale du vélo est beaucoup plus élevée au nord de la frontière. Alors qu’aux États-Unis, elle n’était que de 0,6% en 2009, au Canada, elle était de 1,3% trois ans plus tôt. Si le Québec était un pays, nous serions d’ailleurs l’État ayant la part modale du vélo la plus élevée en Amérique du Nord ! Quelques provinces canadiennes pourraient d’ailleurs en dire autant.

La carte ci-dessous montre la variation dans la part modale du vélo entre les états américains et les provinces et les territoires canadiens.

Part modale velo Etats-Unis vs Canada

Variation de la part modale du vélo dans les états américains et les provinces et territoires canadiens. Source : Pucher, Buehler & Seinen (2011)

Curieusement, le climat ne semble pas être un obstacle à l’augmentation des déplacements à vélo, comme le démontrent l’Oregon (1,9%) et la Colombie-Britannique (2%), avec leurs climats pluvieux, ainsi que le Yukon (2,6%), les Territoires du Nord-Ouest (2,1%) et le Québec (1,4%), avec leurs froids sibériens.

 

Ces données portent toutefois sur les déplacements utilitaires à vélo. Il est donc possible qu’elles ne rendent pas justice aux cyclo-sportifs qui écument les routes d’Amérique du Nord. Mais permettez-moi d’en douter. L’insécurité sur les routes américaines n’est pas circonscrite aux centres-villes. Au début du mois, le conducteur d’un pickup a foncé dans un groupe de cyclistes dans la région de Kalamazoo, dans le Michigan, tuant cinq cyclistes et en blessant quatre autres. C’est un exemple parmi d’autres, mais c’est assez pour me convaincre que les chauffards québécois n’ont pas l’exclusivité de l’inconscience.

Alors comment se fait-il que vous ayez toujours l’impression qu’il est plus sécuritaire de rouler aux États-Unis ? Évidemment, si vous faites une virée avec vos pots dans le Vermont, il est probable que vous roulerez sur une route tranquille dans un décor champêtre, ce qui peut alimenter cette perception. Mais avant d’en tirer quelques conclusions, dites-vous bien que :

  • Vous comparez dix jours de voyage aux États-Unis à dix ans de vélo au Québec. Statistiquement parlant, il est probable que vous ayez croisé plus de crétins au Québec.
  • Vous comparez une balade dans le Vermont à une ride en banlieue de Montréal. Allez rouler dans le suburb de Dallas et on s’en reparle.
  • Vous êtes en vacances ? Les automobilistes aussi. C’est normal qu’ils soient relax et courtois. Ça ne veut pas dire qu’ils le sont tous les jours de l’année.

Vous pensez toujours que c’est mieux aux États-Unis ? Voyez comment ce chauffeur new-yorkais réagit lorsqu’on lui demande de retirer sa voiture de la bande cyclable.

 


Référence :

Pucher, J., Buehler, R. & Seinen, M. (2011). Bicycling renaissance in North America? An update and re-appraisal of cycling trends and policies. Transportation Research Part A: Policy and Practice 45(6): 451–475.

3 réflexions sur “Non, les routes américaines ne sont pas plus sécuritaires

  1. Et je peux affirmer que la qualité du pavage est nettement supérieure aux USA. C’est tellement plus agréable. Ça roule tout seul !

  2. Je reviens tout juste d’une virée de vélo de route de 8 jours au Vermont. Un petit groupe de 3 cyclistes aguerris, nous avons parcouru tous les types de route, à tout moment de la journée et de la semaine. Des rangs de campagnes tranquilles aux routes plus achalandées, dotées ou non d’une bande de rive ou d’un accotement pavé, nous avons tous constaté un civisme et un sens du partage de la route extraordinaire de la part des conducteurs vermontois, qu’ils soient au volant d’une voiture, d’un véhicule agricole, d’un camion de livraison, d’un gros pickup ou d’un semi-remorque, à l’heure de pointe, au milieu de la journée ou par un beau dimanche matin. Systématiquement, les véhicules nous doublaient en dégageant complètement la voie de circulation, se plaçant très souvent dans la voie en contresens. Lors d’un dépassement difficile, les véhicules attendaient presque systématiquement derrière nous des conditions favorables avant de nous dépasser, peu importe le type de route ou le volume de circulation. Respectivement, nous parcourons chacun de notre côté et à chaque année des milliers de km sur les routes de Montréal, de la Rive-Nord et de la Rive-Sud et nous en venons à la même conclusion au terme de ce petit voyage au Vermont: le Québec est peuplé de conducteurs morons et de dangers publics qui prennent le volant en prétendant posséder la route, plutôt que de la partager avec tous ses usagers, au nom de je ne sais quel droit. Les Vermontois nous ont donné une belle leçon de savoir-vivre, de respect de la vie et de patience et ultimement, d’intelligence, des notions qui ne sont vraisemblablement pas acquises aux conducteurs d’ici…

  3. je peut pas contredire la statistique ; Mais j’ai rouler apret midi a Portsmouth NEW HAMPSHIRE sans aucun probleme super agreable on constate que les cyclistes sont respecté et bienvenue comme a Portland MAINE dimanche un plaisir de rouler dans ces villes de nouvelle angletere pour un cycliste urbain comme moi et je remarque de plus en plus d’amenagement pour facilité le velo

Les commentaires sont fermés.