Cycliste happé sur le campus : l’aménagement au banc des accusés

50 km/h

Un panneau indique aux automobilistes de céder le passage aux vélos.

La collision dont a été victime un jeune cycliste de 21 ans sur la rue de la Médecine, mardi dernier, nous rappelle à quel point l’aménagement de l’entrée sud du campus est déficient.

Si on se fie aux photos publiées mardi par le Journal de Québec, le cycliste devait arriver du boulevard Laurier (flèche jaune sur la carte ci-dessous), car la voiture est accidentée du côté gauche. Cela signifie qu’il roulait sur le passage pour vélos démarqué par de gros carrés jaunes. Ce passage est problématique pour deux raisons.

Comme le passage franchit la rue de la Médecine en diagonale, le cycliste fait face aux voitures roulant vers l’ouest, à une intersection où elles n’ont pas d’arrêt obligatoire. Techniquement, elles devraient céder le passage aux vélos, puisque la signalisation et les carrés jaunes donnent la priorité aux cyclistes. Ceci dit, il faut reconnaître que, pour l’automobiliste qui n’a pas d’arrêt obligatoire, il est difficile d’anticiper la manœuvre.

Gros carrée

Pour prendre la traverse, le cycliste doit rouler sur la pelouse et sauter la chaîne de trottoir.

Car pour s’engager sur la traverse, le cycliste arrivant du boulevard Laurier doit rouler sur le trottoir, franchir la pelouse et sauter une chaîne de trottoir. Ici, l’expression « il est sorti de nulle part » prend tout son sens, surtout lorsque le cycliste se conforme à l’itinéraire proposé.

La responsabilité est donc partagée entre l’automobiliste, qui n’a pas cédé le passage, et l’établissement d’enseignement, qui a implanté cet aménagement incongru. Sur le campus d’une université formant des urbanistes et des ingénieurs, il est quand même surprenant qu’on demande aux cyclistes de traverser en diagonale en faisant face à la circulation.

Pour éviter que ce drame ne se produise à nouveau, l’Université Laval devrait retirer l’aménagement fautif et autoriser les cyclistes à emprunter le passage pour piétons se trouvant juste à côté. On devrait également remplacer le « céder le passage » par un arrêt obligatoire. Trois autres stops devraient d’ailleurs être ajoutés sur le pourtour du carré (auto)routier qui sert d’entrée sud au campus (en gris sur la carte ci-dessous).

campus-universite-laval-entree-sud-reamenagement

Si on se fit aux photos publiées mardi par le Journal de Québec, le cycliste devait arriver du boulevard Laurier (flèche jaune) et l’automobiliste de la rue des Sciences-Humaines (flèche rouge).

3 réflexions sur “Cycliste happé sur le campus : l’aménagement au banc des accusés

  1. J’appuie (les deux propositions, dont les arrêts à ces intersections empruntées par un grand nombre de piétonniers du campus).

    Une ligne en diagonal tout à coup (?!) … Je n’ai pas souvenir d’avoir vu cela ailleurs à Québec.

  2. Des correctifs sont effectivement nécessaires en urgence à cette intersection. À court terme, comme le mentionne Roger, la vitesse maximale autorisée sur le campus devrait être de 30 km/h au plus (elle est de 25 km/h à l’UQAC, par exemple). Toutes les intersections pourraient également comporter des arrêts toutes directions. C’est un campus, pas une voie de circulation automobile. À moyen terme, le développement de plus de pistes cyclables protégées serait souhaitable. À plus long terme, l’Université devrait sérieusement envisager un modèle de campus plus américain, avec une poignée de tours de stationnements disposées aux entrées principales du campus et n’offrir que des stationnements pour personnes handicapées et un minimum de stationnements courte durée à l’intérieur du campus. Ça limiterait considérablement la circulation, et ça permettrait l’aménagement de plus d’espaces conviviaux comme celui qui a récemment été instauré en face du De Koninck. Parce qu’entendons-nous, je salue les progrès réalisés dans les dernières années par l’Université en matière de transport durable, mais il reste un bon bout de chemin à faire.

Les commentaires sont fermés.