Route de l’Aéroport : les cyclistes sur le tarmac

On a réasphalté le boulevard sur un peu plus de 4 km sans paver les accotements.

On a réasphalté le boulevard sur un peu plus de 4 km sans paver les accotements.

Les cyclistes continueront de rouler sur la gravelle le long de la route de l’Aéroport. Au cours des dernières semaines, on a réasphalté le boulevard sur un peu plus de 4 km sans paver les accotements, criblés de nids-de-poule.

Sur les réseaux sociaux, la réaction n’a pas tardé. Prenant la chose avec philosophie, un membre du groupe Cyclisme utilitaire à Québec écrit :

Du bitume tout neuf sur la route de l’Aéroport entre l’avenue Chauveau et la route Ste-Geneviève. Hélas, on semble avoir manqué de goudron pour paver les accotements…

Au début de l’été, le conseil de quartier de l’Aéroport avait pourtant demandé que la Ville de Québec profite de l’opération massive d’asphaltage, annoncée au printemps, pour élargir la chaussée d’un mètre de chaque côté, de façon à offrir un espace de circulation sécuritaire aux cyclistes.

Une occasion manquée

 

Ce n’est pas la première fois que la Ville de Québec laisse filer l’occasion de rehausser la sécurité des cyclistes sur ce boulevard. Le plan d’action du Plan directeur du réseau cyclable (PDRC) de 2008 prévoyait le prolongement de la bande cyclable de la route de l’Aéroport sur 6 km, entre la route Ste-Geneviève et le boulevard Wilfrid-Hamel.

Cela aurait permis de créer un axe nord-sud entre La Haute-St-Charles et les pôles d’emplois de Ste-Foy. Mais le projet n’a jamais vu le jour et a été retiré de la Vision des déplacements à vélo, dévoilée ce printemps.

À la Ville de Québec, on soutient que le projet figure toujours dans les cartons, mais qu’aucun échéancier n’a été fixé. Il faut reconnaître que son réaménagement est un véritable casse-tête. La route de l’Aéroport s’étire sur 12 km répartis en 5 tronçons plus ou moins distincts passant, du nord au sud, d’une rue résidentielle à une route de campagne, avant de se transformer en boulevard industriel.

  • Chemin Bélair à la rue de l’Esplanade – 2,2 km avec accotements cyclables
  • Rue de l’Esplanade à la route Ste-Geneviève – 3,5 km avec bandes cyclables
  • Route Ste-Geneviève à l’avenue Notre-Dame – 2,5 km avec pas ou peu d’accotements
  • Avenue Notre-Dame et la rue Principale – 2,1 km avec de larges accotements de gravelle
  • Rue Principale et boulevard Wilfrid-Hamel – 1 ,6 km sans aucun accotement

Selon nos observations, l’accotement de gravelle s’étirant sur 2 km de la rue Notre-Dame à l’entrée de l’aéroport (la rue Principale) aurait pu être asphalté, puisqu’il est suffisamment large pour accueillir une bande cyclable.

D’autres tronçons sont toutefois trop étroits ou nécessiteront des investissements importants. Au nord, les fossés devront être canalisés, car l’absence d’accotement ne permet pas l’aménagement de bandes cyclables, alors qu’au sud, la Ville souhaite évaluer deux options : l’aménagement de bandes cyclables sur la chaussée ou d’une piste cyclable séparée de la circulation automobile. Comme il s’agit d’une route de camionnage particulièrement achalandée, on espère qu’elle penchera pour la seconde.