Université Laval : nouvelle piste cyclable sur l’avenue du Séminaire

Séminaire

Un étudiant dévale l’avenue du Séminaire, vers le chemin Ste-Foy.

Signe de son engagement en faveur du cyclisme utilitaire, l’Université Laval vient de compléter le prolongement de la piste cyclable de l’avenue du Séminaire jusqu’à la rue de l’Université, où elle rejoint la piste cyclable du même nom.

Ce nouveau tronçon s’ajoute à celui aménagé en 2014, entre le chemin Ste-Foy et la rue de la Terrasse, à l’occasion du réaménagement de l’entrée nord du campus. Mis bout à bout, ces deux tronçons s’étirent sur 1 km, du nord au sud.

Comme nous le mentionnions au début des travaux, plusieurs dizaines de cases de stationnement ont été supprimées ou déplacées pour implanter la nouvelle piste cyclable. On a également profité de l’occasion pour réduire la largeur de la chaussée et aménager une place publique autour de la fontaine du Grand Séminaire, qu’on a libérée de son écrin de béton.

Ces progrès ne doivent pas faire oublier la nécessité de connecter le réseau cyclable du campus à celui de la Vieille-Capitale. Pour aller à Sillery à partir de l’avenue du Séminaire, les cyclistes doivent traverser l’entrée sud du campus dont l’aménagement déficient a envoyé un cycliste aux urgences la semaine dernière. Des correctifs doivent être apportés rapidement pour éviter que les progrès réalisés au cœur du campus ne soient entachés par d’autres drames à sa périphérie.

2 réflexions sur “Université Laval : nouvelle piste cyclable sur l’avenue du Séminaire

    • Oui, c’est très bizarre. Et c’est aussi assez dangereux. Il n’y a aucune indication que la piste cesse subitement comme ça, et les angles donnés par les dalles autour de la fontaine rend la manoeuvre désagréable. J’en déduis que c’est pour forcer les cyclistes à ralentir afin d’éviter les désagréments pour les piétons.

      D’ailleurs, la question des sorties et des entrées de cette piste cyclable a été mal réfléchie. Au moment où il y a de lourds travaux autour du Bonenfant et du DeKoninck, il est logique de faire le déplacemente Nord-Sud par ce nouvel axe. Cependant, aucune voie n’a été prévue avant de traverser à l’intersection! Alors encore une fois, j’ai l’impression que cette voie a été designée par des non-cyclistes, qui ne se sont pas posés la question à savoir quels seraient les besoins et les déplacements réels des utilisateurs.

      À essayer de traverser là pour aller joindre le DKN, j’avais l’impression de « sortir de nulle part » comme il est trop souvent le cas, devant la horde de voitures maîtresses des lieux.

      Ne parlons également pas des arrêts aux intersections aux pistes cyclables qui sont TOUS destinés aux vélos et non aux voitures, alors même que les entrées et sorties des stationnements pour voiture pourraient être gérées avec un simple « céder le passage » ou, mieux, par des arrêts destinés aux voitures. Freiner et réaccélérer est beaucoup plus exigeant pour un.e cycliste que pour un.e automobiliste. Ce pourquoi ces arrêts continueront, à raison, d’être brûlés, comme c’était le cas sur la rue de l’Université, comme c’est le cas sur Père-Marquette, etc.

      Un jour, des cyclistes utilitaires siègeront sur les comités de design urbain. En attendant, l’Université investit dans béton et asphalte en inscrivant dans le moyen terme des erreurs de ce genre.

Les commentaires sont fermés.