Voies réservées, voies rapides pour vélos

À défaut d'une piste cyclable, ce cycliste roule dans la voie réservée du boul. René-Lévesque.

À défaut d’une piste cyclable, ce cycliste roule dans la voie réservée du boul. René-Lévesque.

Les voies réservées figurent parmi les principaux obstacles au développement du réseau cyclable utilitaire. Demandez la création d’une piste cyclable sur le boulevard René-Lévesque ou Marie-de-l’Incarnation, on vous répondra sans doute qu’on ne troque pas un métrobus pour une bicyclette.

Ces modes de transports n’ont pourtant pas à s’opposer. Les voies réservées sont vides la plupart du temps. Pourquoi ne pas en faire des voies rapides pour les cyclistes expérimentés, qui préfèrent les liens directs aux détours qu’on leur propose sur des rues moins achalandées, comme le vélo-boulevard Père-Marquette et l’axe cyclable de Courcellette/Montmagny.

Signalisation équivoque

À Québec, les cyclistes ont le droit de circuler sur les voies réservées en vertu du règlement municipal R.V.Q. 2111 et du règlement d’agglomération R.A.V.Q 842, ce que confirme la municipalité (tweets ci-dessous). Malgré cela, la signalisation en place ne fait mention que des bus et des taxis. De quoi confondre monsieur et madame Tout-le-monde. Même la police se serait fait prendre à contredire le règlement municipal, selon cet article du quotidien Le Soleil.

Quel message lance-t-on aux cyclistes et, à plus forte raison, aux conducteurs d’autobus et aux taxis qui doivent cohabiter avec eux ? Cela prendrait pourtant peu de choses pour que les cyclistes s’y sentent les bienvenus.

Bus, taxi, vélo

Panneau Voie reservee BUS TAXI

Les panneaux devraient mentionner les vélos, au même titre que les bus et taxis.

Premièrement, le droit de circuler à vélo sur les voies réservées devrait être explicite. Pour ce faire, la Ville de Québec doit :

  • mentionner les vélos, au même titre que les bus et les taxis, sur les panneaux de signalisation des voies réservées ;
  • accompagner les losanges peints aux sols de symboles de vélos, comme on le fait sur les chaussées désignées.

Deuxièmement, les usagers du transport en commun, tout comme les cyclistes, devraient travailler de concert pour que ces voies soient réservées 24 heures sur 24, 7 jours sur 7. S’il est possible de les dédier aux autobus, aux taxis et aux vélos aux heures de pointe, lorsque la congestion est à son comble, il n’y a aucune raison pour qu’elles ne le soient pas le reste du temps.

Quel avantage y a-t-il à y permettre les voitures lorsqu’une poignée d’automobilistes se partagent les deux ou trois voies d’un boulevard ? On ne fait qu’encourager la vitesse et les dépassements par la droite au détriment des transports collectifs et actifs.

Carte des voies réservées à Québec

Les cartes ci-dessous présentent l’ensemble des voies réservées de l’agglomération.

2 réflexions sur “Voies réservées, voies rapides pour vélos

  1. Suis d’accord avec Marc Guy:
    Les voies réservées sont pratiques et devraient être utilisées par les vélos, tant qu’on ne gêne pas la circulation des bus! Autrement dit, quand on a un bus dans l’c…, on se tasse et on le laisse passer, surtout l’hiver (l’été, c’est plus facile de le « semer »).
    Quand on bloque la route, faut penser à tous les passagers du bus, pas seulement au chauffeur. Simple question de courtoisie.

    Vive la cohabitation harmonieuse et pacifique…

  2. J’utilise souvent les voies reserver du metro bus sans vraiment de probleme peut d’auto et je donne toujours priorité au bus souvent je m’arète en bordure pour les laissé passé quand c’est trop serré surtout en hiver les chauffeurs sont prudent et habituer a doubler des cyclistes

Les commentaires sont fermés.