Sherbrooke repousse l’interdiction de se garer sur les bandes cyclables

sherbrooke

Signalisation équivoque sur le boulevard Queen-Victoria, à Sherbrooke. Photo : VUS

Dans un geste inusité, la Ville de Sherbrooke a repoussé l’interdiction de se garer sur les bandes cyclables, mais refuse de prolonger la saison cyclable pour refléter la nouvelle réglementation.

L’annonce fait suite à la modification de son règlement général en vue de prolonger d’un mois et demi l’interdiction de se stationner sur les bandes cyclables en bordure de la chaussée. Selon la nouvelle disposition :

Le stationnement est interdit en tout temps, entre le 1er avril et le 15 novembre, sur les chemins publics où une voie cyclable est identifiée par des lignes peintes sur la chaussée ou par des bollards.

Seulement, la municipalité n’a pas prolongé la saison cyclable, qui s’échelonne toujours du 1er mai au 1er novembre (soit un mois et demi de moins), ce qui ne va pas sans créer une certaine confusion, tant chez les cyclistes que chez les automobilistes. Le Plan directeur du transport actif (PDTA) stipule d’ailleurs qu’il n’est pas prévu de prolonger cette période.

 

Mis au fait de la situation, la municipalité refuse d’y voir une contradiction. Selon les explications fournies par la Division de la voirie, on voulait se laisser un mois pour installer les bollards au printemps et deux semaines pour les retirer à l’automne. La saison cyclable débute donc après et se termine avant l’interdiction de stationnement.

On prend cependant la peine de souligner que les cyclistes peuvent rouler dans les bandes cyclables pendant cette période, bien qu’elles ne soient pas encore réservées aux bicyclettes.

Pour le porte-parole de Vélo Urbain SherbrookeMarc Desrosiers, qui cite l’exemple du boulevard Queen-Victoria (photo ci-dessus), cette explication ne tient pas la route.

Il y a déjà eu des bollards le long de la bande cyclable du boulevard Queen-Victoria, mais ça fait quelques années que la municipalité n’en met plus. Alors qu’est-ce que ça change de fermer la voie cyclable lorsque le stationnement est interdit ? Avec nos hivers de plus en plus doux, et le peu de neige qu’on a, il n’y a pas de raison de fermer les pistes six mois par année.

Bien qu’elle se situe un peu plus au sud que Montréal, Sherbrooke accuse un certain retard en termes de promotion du cyclisme utilitaire. En guise de comparaison, le réseau cyclable montréalais est ouvert 7 mois et demi par année.