Collision entre deux cyclistes sur le bord de la St-Charles

Voie d'accès de la rue Renaud, rivière St-Charles.

Voie d’accès de la rue Renaud, rivière St-Charles.

Une collision survenue entre deux cyclistes sur les berges de la rivière St-Charles a convaincu les autorités de réaménager la voie d’accès de la rue Renaud (photos ci-dessous).

Dans la soirée du 28 septembre, un cycliste qui dévalait la pente à grande vitesse est entré en collision avec une jeune femme qui roulait sur la piste principale. L’homme s’en est tiré avec une bonne frousse, mais la victime a subi plusieurs fractures et une commotion cérébrale.

Après avoir contacté les secours et porté assistance jusqu’à l’arrivée des ambulanciers, Priscilla Sauvé, qui a été témoin de l’accident, a décidé de prendre la situation en main. Dans une lettre adressée à la municipalité, dont voici un aperçu, elle propose plusieurs mesures pour rehausser la sécurité de cette jonction.

En revenant du travail sur la piste cyclable de la rivière St-Charles, j’ai été témoin d’une collision entre deux cyclistes. Un cycliste est descendu à toute vitesse sur la pente qui arrive en T sur la piste cyclable.

Au même moment, deux filles roulaient vers l’est, sur la piste principale. Il y a des arbustes qui bloquent la vue au coin de cette jonction. Le jeune homme ne les a pas vues et est entré en collision avec une d’entre elles.

 

J’ai appelé l’ambulance et l’ai assistée jusqu’à l’arrivée des secours. Un policier m’a mentionné qu’ils ne pouvait pas donner de contravention, puisqu’il n’y avait pas d’arrêt obligatoire.

Déjà que le sentier est très sinueux, et qu’il se fait croiser par des sentiers piétonniers, il faut mettre les chances sur notre côté et éviter de créer des endroits dangereux, où la vue des cyclistes et les piétons est obstruée par des arbustes, même si c’est moins coquet.

Il y a également une incohérence dans les arrêts le long du sentier de la rivière. Parfois, il y a un panneau et une ligne blanche, parfois uniquement une ligne blanche, et parfois rien, même lorsqu’un arrêt s’impose.

J’aimerais m’assurer que les arbustes qui bloquent la vue à cet endroit seront retirés et qu’un panneau ainsi qu’une ligne d’arrêt seront ajoutés. Selon une résidente qui habite en face, il s’agit de la 3e collision de l’été.

Signe qu’on prend la sécurité au sérieux, la Ville de Québec et la Société de la rivière St-Charles, qui réalise l’entretien des plates-bandes en bordure des sentiers, n’ont pas tardé à donner suite à sa demande. Dans les jours suivant l’événement, on a taillé puis retiré les arbustes bloquant la vue. Un panneau d’arrêt vient également d’être installé.

Nous sommes de plus en plus nombreux sur les pistes cyclables. C’est une bonne chose, mais nous devons ajuster nos comportements pour tenir compte de cette nouvelle réalité. Cela implique bien sûr de ralentir lorsque notre champ de vision est limité par des végétaux ou d’autres éléments, même lorsqu’il n’y a pas d’arrêt obligatoire. À la tombée du jour, cela implique aussi d’allumer nos phares, même lorsque nous roulons sur des pistes cyclables en site propre, loin du trafic automobile.

3 réflexions sur “Collision entre deux cyclistes sur le bord de la St-Charles

  1. Un rapel au cycliste de l’importence des lumières et cloche comme equipement sur les velos . beaucoup d’endroit des voies d’accès au piste cyclable sont sans visibilité quelque coup de cloche peuve aidé la sécurité

  2. Et l’autre cycliste, lui , il n’est pas resté? Il faut user de prudence même sur une piste cyclable et penser qu’il y a peut être des piétons ou autres cyclistes qu’on peut croiser. Il faut se comporter comme sur les routes. j’ai déjà été témoin d’un accident sur une piste cylcable et malheureusement, un des cyclistes ne pensait qu’à lui en coupant tout le monde qui venait en sens inverse…

  3. C’est malheureusement symptomatique de l’approche prise pour l’aménagement des pistes cyclables. On le confie trop souvent à des aménagistes paysagers. Certes, cela fait des aménagements très jolis visuellement, mais les contraintes de sécurité sont trop souvent ignorées (visibilité aux intersections, dépassements sécuritaires rarement possibles, courbes en aveugle, arbres et végétation mal disposés, etc.)
    Il serait bien que le génie civil soit davantage mit à contribution, car les cyclistes ne sont pas statiques sur une voie cyclable : ils se déplacent. Ce «détail» semble souvent oublié lors de la conception.

Les commentaires sont fermés.