Le groupe Facebook qui a changé notre rapport à l’hiver

Le groupe est devenu l’épicentre de la communauté cycliste montréalaise.

Depuis sa création en 2008, le groupe Vélo d’hiver — Montréal est devenu l’épicentre de la communauté cycliste montréalaise, et les discussions y dépassent largement la seule question du cyclisme sous zéro.

Alors que Montréal s’apprête à accueillir la 5e édition du Winter Cycling Congress, retour sur le groupe Facebook qui a changé notre rapport à l’hiver.

Pour examiner l’évolution du groupe, nous avons constitué une banque de données comprenant près de 200 000 interventions, dont 13 202 posts, 43 369 commentaires, 7 907 réponses et 132 540 j’aime.

Le diagramme ci-dessous représente le nombre de publications par mois de 2008 à 2017. Au cours des 3 premières années, on compte rarement plus d’une dizaine de posts par mois. Ce n’est qu’à partir de 2011 que la cadence s’accélère pour atteindre 582 publications en décembre 2012 (150 posts et 432 commentaires) puis un sommet de 2447 publications en décembre 2015 (338 posts, 1233 commentaires et 876 réponses).

Aujourd’hui, il se publie environ 1491 publications par mois. Soit près de 50 publications par jour ! Beaucoup plus que ce que vous ne voyez passer sur votre fil d’actualité.

Diagramme 1 : Nombre d’actions par mois. Les actions des politiciens sont agrégées en jaune.

Des politiciens de plus en plus actifs

D’un groupe dévolu à la promotion du vélo d’hiver, le groupe s’est peu à peu transformé en une plateforme de discussion des politiques municipales en matière de transports actifs. À tel point que plusieurs politiciens participent désormais aux débats !

Le diagramme 2 reprend les mêmes données que le diagramme précédent, mais transposées sur une échelle logarithmique pour que les interventions des politiciens, moins nombreuses, soient perceptibles.

Diagramme 2 : Nombre d’actions mensuelles transposées sur une échelle logarithmique. Les actions des politiciens sont agrégées en jaune.

Neuf politiciens montréalais suivent, plus ou moins activement, les discussions du groupe. Sans surprise, les plus actifs sont ceux qui sont directement responsables des politiques en matière de mobilité : Marianne Giguère, qui est porte-parole de l’opposition en matière de vélo, arrive en première place, suivi par Marc-André Gadoury et Aref Salem qui sont, respectivement, responsables du dossier vélo et du dossier transport au sein de l’administration Coderre.

Notons que sept des neuf politiciens actifs sur Vélo d’hiver – Montréal sont membres de Projet Montréal. On ne peut pas pour autant conclure que les membres de l’opposition sont plus engagés dans le dialogue avec les citoyens, puisque près de la moitié des commentaires ainsi que trois réponses sur quatre ont été réalisées par des membres de l’administration Coderre.

Tableau 1 : Interventions par parti politique
Posts Comments Replies Likes
Équipe Coderre 2 91 63 300
Projet Montréal 33 111 24 402

Quoiqu’on pourrait s’attendre à ce que les politiciens utilisent les réseaux socionumériques dans une logique d’autopromotion, c’est tout le contraire qu’on observe : les politiciens montréalais publient peu, mais dialoguent beaucoup. La grande majorité de leurs interventions (68 %) sont des j’aime, 28 % sont des commentaires ou des réponses, alors qu’à peine 3 % sont des posts.

Une distinction se profile toutefois entre les comportements des élus de l’opposition et ceux de l’administration. Les membres de l’Équipe Coderre n’ont publié que quelques posts, contrairement aux membres de l’opposition pour qui ce type d’intervention représente le cinquième des publications. Ceci suggère que ces derniers sont plus actifs dans la promotion de leurs idées.


Référence :

Turgeon, Y. (2016). Négocier les politiques publiques sur Facebook : le cas des politiques en faveur du vélo. Communication présentée au Congrès de la Société québécoise de science politique (SQSP), Université Laval, Québec.