Bande cyclable

Bande cyclable avec marquage au sol sur le boulevard Wilfrid-Hamel à Québec

Les bandes cyclables séparées physiquement de la circulation devraient être préférées aux bandes cyclables avec marquage au sol (ci-haut) qui ne contribuent pas au sentiment de sécurité des cyclistes.

Les bandes cyclables, qu’on nomme parfois pistes cyclables sur rue*, sont des voies situées en bordure de la chaussée, séparées de la circulation automobile par des délinéateurs (bollards), un revêtement distinct ou un marquage au sol. Ce type d’aménagement peut prendre plusieurs formes en fonction de l’espace disponible, du nombre d’intersections et d’entrées d’auto, de la vitesse du trafic et de la présence, ou non, de stationnements latéraux.

Dans la plupart des cas, les voies cyclables séparées physiquement de la circulation (à l’aide délinéateurs, terre-pleins ou autres) devraient être préférées aux bandes cyclables avec marquage au sol. D’abord pour empêcher qu’elles ne servent de stationnement temporaire ou de voie de dépassement. Ensuite pour s’assurer qu’elles n’invitent pas les voitures à raser les vélos. En effet, comme il s’agit de voies distinctes, elles autorisent les automobilistes (qui circulent dans leur propre voie) à dépasser les vélos sans précaution particulière, alors qu’en l’absence de bande cyclable, ils seraient tenus d’accorder aux cyclistes roulant à droite de la chaussée un « espace suffisant pour permettre le dépassement sans danger » (Art. 341 CSR) qui, selon Vélo Québec, devrait être d’au moins 1 m.

Bande cyclable bidirectionnelle

Bande bidirectionnelle

Les bandes cyclables bidirectionnelles* permettent à deux cyclistes de se balader côte-à-côte, ce qui les rend plus conviviales. Cependant, comme les cyclistes y circulent à contresens de la circulation automobile, elles doivent en être séparées physiquement à l’aide de bollards, terre-pleins ou autres.

Bande cyclable unidirectionnelle

Bande unidirectionnelle

Les bandes cyclables unidirectionnelles peuvent être séparées de la circulation automobile par des délinéateurs, un revêtement distinct ou un marquage au sol. Cependant, la proximité avec les automobiles ne contribue pas au sentiment de sécurité des cyclistes, particulièrement en l’absence de séparation physique (voir discussion).

Bande cyclable unidirectionnelle avec stationnement

Bandes cyclables uni stationnement 60

Lorsqu’une bande cyclable est aménagée le long de stationnements, une attention particulièrement doit être accordée aux risques d’emportiérage, c’est-à-dire à l’ouverture d’une portière sur la trajectoire d’un cycliste. On recommande donc la mise en place d’une zone tampon d’au moins 0,75 m entre les voitures et la voie cyclable.

* Les définitions peuvent varier d’une municipalité à l’autre. La Ville de Québec nomme « bande cyclable » les voies cyclables situées en bordure de la chaussée, qu’elles soit ou non délimité par des délinéateurs, alors que Vélo Québec distingue les pistes cyclables sur rue (délimitées par des délinéateurs, terre-pleins ou autres) des bandes cyclables (délimitées par un marquage au sol).

2 réflexions sur “Bande cyclable

  1. En gardant à l’esprit le maximum de sécurité et des coûts d’implantation le plus bas possible, j’ai bien l’option de la bande cyclable légèrement surélevée qui peut être tout simplement rajoutée par dessus la chaussée existante et qui crée une délimitation physique tactile tout en laissant les vélos sur la même route que les voitures (et donc garde les automobilistes habitués de côtoyer les cyclistes). Voir photo.

    En version unidirectionnelle avec un revêtement caoutchouté (comme Pente-Douce) c’est l’idéal. En plus, cela permet, au centre-ville par exemple, d’avoir la possibilité d’utiliser l’espace pour la livraison durant certaines plages horaires (ex: 10-12).

  2. Toute les villes qui veule favorisé le velo devrais avoir au minimum un couloir cyclable avec marquage au sol dans toute les rues . Le marquage au sol rapelle constament au automobiliste qu’il ne sont pas seul a utilisé la rue et sont la plupart du temp respecté .
    Pour moi le bidirectionel est un non sans et porte a confusion au intersection autant pour le cycliste et automobiliste et entre souvent en conflit avec les feu de circulation qui donne des priorités pour tourné . et le bidirectionel renforce l’idée de beaucoup de cycliste occasionel qui on tendance a préféré roulé a contre sans
    le marquage au sol ajoute de la sécurité a tres bas cout et favorise l’utilisation du velo utilitaire et du transport a velo
    les piste cyclable tres dispendieuse au kilometre bien que fantastique pour la securité on l’aventage (d’enlevé les maudit becik du chemin des automobilistes) et de limité le velo au seul promenade de loisir
    VELOMARC

Les commentaires sont fermés.